La Partie est une nouvelle maison d’édition jeunesse dont j’ai déjà parlé ici. Elle suit nombre d’auteurs dont le travail m’intéresse beaucoup et dont j’attends avec hâte les prochains ouvrages. Mais elle permet aussi la découverte de nouveaux auteurs et illustrateurs, élargissant par-là ce catalogue déjà bien intéressant.

Dans cette idée, voilà donc Pierre Alexis dont je parle ici du premier album publié. Il a étudié aux Beaux-Arts de Bruxelles après avoir été vétérinaire pendant un certain nombre d’années, d’où sûrement un fort intérêt pour la représentation animale dans les albums jeunesse.

Dans Règlobus, l’on suit Rainette, une grenouille conductrice, qui nous accueille au volant de son bus pour animaux et égrène au fil des pages les différentes règles de conduite à y tenir. L’on passe des plus classiques dans un tel environnement aux plus farfelues et visant les particularités de tel ou tel passager animal.

Si l’on peut y voir un parallèle avec un bus scolaire aux enfants aussi différents que turbulents, cet album est aussi prétexte à réunir dans toutes leurs amusantes incompatibilités deux fascinations assez fréquentes chez les jeunes enfants : les véhicules, ici le bus, et les animaux dans toutes leurs diversités, animaux bien connus de l’auteur. Le bus peut être le transport courant de nombre d’enfants en ville et est vu comme aussi quotidien, voire ennuyeux tant on peut y être serrés et l’on doit y être sérieux, que sujet d’amusement possible. On part de la situation courante du bus à prendre, de la politesse et des règles de savoir vivre à respecter ; le tout décalé par le fait que les personnages sont des animaux avec les particularités de leurs espèces. À noter que si ces animaux peuvent être connus des enfants, ce sont pour la plupart des animaux peu fréquents dans nos vies de tous les jours : lynx, chauve-souris, serpent, ours, hérisson ou cerf notamment. Voilà donc un décalage délicieux d’où naît beaucoup d’humour pour les lecteurs dès un jeune âge. Le postulat des animaux prenant le bus peut sembler absurde dans ce cas et en cela bien amusant.

La forme du livre, visiblement très réfléchie par l’auteur, renforce l’aspect strict des règles énoncées par la conductrice. La liste des règles est numérotée avec une règle par double-page donnant un rythme et une régularité à la lecture. L’on peut alors y voir autant une sorte de livre à compter qu’un joyeux bestiaire répertoriant des animaux de toutes espèces et certaines de leurs habitudes et particularités que l’on peut découvrir et nommer. La mise en page est régulière avec la consigne à gauche, avec quelques détails d’illustrations mettant sur la voie au-dessus du texte, et un animal ou plusieurs embarrassés ou en mauvaise posture à droite. Cela peut donner une sorte de jeu sur les règles plus ou moins fantaisistes en question où l’enfant est amené s’il le souhaite à les deviner en regardant l’animal mal en point. À cela s’ajoute, par le principe même de la liste, l’envie de jouer et de s’amuser à la continuer une fois le livre fini avec de nouveaux animaux en situation étrange dans le bus.

Dans cet album, l’humour développé par Pierre Alexis naît du décalage entre la rigidité de la règle édictée et lue à l’enfant et la nature animale que l’on voit illustrée en parallèle. L’on peut voir une forme d’anthropomorphisme, comme dans de nombreux albums pour enfants, dans le postulat même de ces animaux prenant le bus et de la grenouille énonçant les règles à y tenir. Toutefois, au-delà de ces axiomes nécessaires à l’histoire, il n’y a justement plus d’anthropomorphisme : les passagers animaux ne se comportent pas ici comme des humains, bien au contraire. Le décalage et tout le sel de ce voyage en bus viennent de ce que les animaux sont présentés dans leur nature animale, avec les comportements de chacun. Ici, les rongeurs grignotent les fauteuils, le lynx les griffe, les uns cherchent à manger les autres… La rigidité des mêmes règles pour tous fait alors face à la diversité animale : les sièges sont identiques mais les animaux de tailles très différentes, les uns sont couchés, les autres suspendus aux anneaux… Le comportement animal se retrouve confronté aux règles de société humaines en vigueur dans le bus. Ce bus, présenté comme a priori adapté aux humains, devient alors un terrain de jeux pour animaux dans une grande pagaille réjouissante pour une virée drolatique.

La mise en page de l’album laisse une grande place aux illustrations de Pierre Alexis, permettant de représenter avec minutie les différents animaux en parallèle du texte sobre sous forme de liste. Les animaux sont détaillés à la peinture pour une réelle représentation animale dans leurs particularités, leurs proportions et couleurs éclatantes, sans pour autant partir sur un dessin naturaliste. Les décors sont plus minimalistes, faits principalement de contours aux crayons de couleurs, sauf pour le bus rouge en lui-même dont la carcasse flamboyante se détache. Beaucoup de place est laissée au fond blanc ou assez neutre pour mettre en relief les détails des animaux et des résultats de leurs comportements. Mais, dans le fond des pages de droite, l’on distingue une réelle matière à la peinture recouvrant plus ou moins des plans ou horaires de bus réels dont l’on peut apercevoir quelques touches. Un jeu sur les cadrages est développé par l’auteur entre des gros plans sur l’un ou l’autre animal dans une position étrange dans le bus ou des plans plus larges montrant notamment l’inadéquation de certains avec la taille même du véhicule. À cela s’ajoutent des plans de coupe du bus en double page montrant nombre de spécificités : le grand ours s’installant sur les deux étages, le serpent s’allongeant dans tout l’escalier ou la chauve-souris suspendue à un anneau notamment. Ces plans répondent à la couverture montrant sans bordure un plan de face du bus où l’on voit Rainette à son volant et tous les divers animaux agglutinés derrière elle.

Règlobus, Pierre Alexis, éditions La Partie, 15,90 euros, à partir de 3 ans.

Pour écouter l’émission Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin où cette chronique a été diffusée (vers 61 min).

Pour plus d’informations sur les éditions La Partie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s