The Hoochie Coochie est une maison d’édition associative qui publie principalement des bandes dessinées pour les lecteurs adultes (à noter le très beau Revanche de Baladi paru récemment) et des revues de bandes dessinées dont Turkey Comix mais également quelques titres jeunesse selon les auteurs suivis par la maison. Elle est reconnue pour son travail graphique autour de techniques de gravure et de sérigraphie en particulier.

Gregory Mackay est le premier auteur étranger traduit par les éditions The Hoochie Coochie. Très connu en Australie, il y a obtenu un prix pour Anders et le château, troisième volume d’une série (chacun pouvant se lire indépendamment) après Anders et la comète et Anders et le volcan, également édités en France par The Hoochie Coochie et tous deux dans les sélections jeunesse respectives du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

Dans Anders et le château, l’on suit ce petit écureuil et toute sa bande d’amis animaux, dotés chacun d’une grande bestiole ailée pour se déplacer, dans une nouvelle aventure partant de la découverte, lors d’une excursion, du plan d’accès à un mystérieux château qu’ils vont vouloir retrouver et explorer tout en passant par la Grande Bibliothèque, où ils trouveront d’autres indices, et la Forêt des Brumes entourant la mystérieuse forteresse.

Il y a là de l’apprentissage, de l’aventure à hauteur d’enfant, ou de petit animal représentant un enfant. Les parents interviennent très peu dans cette aventure prenant la forme d’un récit d’initiation où se révèlent solidarité, ingéniosité et intrépidité de ces petits amis bien malins. L’univers est doux et onirique en parallèle à cette grande aventure palpitante : le temps est suspendu dans une délicate évocation de l’enfance, des premières tentatives d’indépendance, d’émancipation en groupe d’enfants intrépides. La folle équipée peut ici être vue comme un rêve d’enfant où tout devient possible sans trop se poser de questions, entre la douceur et la rondeur des personnages et la grande aventure qu’ils vivent à leur hauteur, faite d’exploits et de bravoure.

Un réel aspect fantastique est donné au récit par un univers d’aventure fait de merveilleux avec des animaux anthropomorphes, un château caché dans les brumes… À noter les bestioles ailées accompagnant chacun des personnages enfantins et leur permettant de voler, de se déplacer, de concourir à des courses ou même de faire des « aérobaties » aux côtés d’un avion. Cet univers se développe en parallèle d’un quotidien enfantin fait de grande amitié autour d’une cabane construite comme un repaire par le groupe d’enfants, sorte de forteresse jusqu’à la herse très bien conçue en miroir du château recherché par nos héros. L’univers créé par l’auteur dénote d’une grande fantaisie dans un environnement quotidien pour le plus grand plaisir des jeunes lecteurs.

Le texte de Gregory Mackay est sobre et relativement épuré dans une sorte de premier degré très appréciable. Tout ici est bienveillant, il n’y a pas de mauvais sentiments sans pour autant tomber dans la mièvrerie ou la naïveté. L’aventure et le texte sont réellement à hauteur d’enfant, sans simplification ni sous-entendus : le ton est très juste et bien trouvé dans ce bel équilibre. Cette bande dessinée s’avère riche en détails et rebondissements sans être trop impressionnante à la lecture par un découpage du texte en de nombreuses petites cases, la mise en place d’un chapitrage aérant le récit (en plus de permettre de très belles pages de débuts de chapitres) et un format assez petit bien qu’épais. Tout cela en fait une première bande dessinée parfaite dans laquelle un enfant pourra se plonger et se blottir délicieusement en commençant à lire pour vibrer de cette aventure à relire longuement.

Le travail graphique de Gregory Mackay est particulièrement intéressant dans Anders et le château. De prime abord, l’on voit déjà le changement de fabrication avec les deux premiers volumes de la série à la couverture souple et à la bichromie orange et violette réussie mais plus simple. Ici, la couverture et la quatrième attirent tout de suite l’œil par leur fabrication soignée : reliure bodonienne et couverture cartonnée, sérigraphiée, embossée et à bords francs du plus bel effet. À cela s’ajoutent les couleurs originales de l’auteur dans une quadrichromie soignée aux teintes délicates et nuancées. Le trait de l’auteur semble à première vue assez simple dans une sorte de ligne claire toute en rondeurs mais un grand travail de détails est présent sur les décors, de la cabane au château, avec parfois des vues de coupe savoureuses de minutie. Le gaufrier mis en place évolue au fil de l’histoire et de l’action, passant d’une multitude de petites cases aux coins arrondis suggérant l’action et le mouvement ou se concentrant sur un personnage et des cases plus grandes pour des vues plus larges de paysages notamment.

Anders et le château, Gregory Mackay, traduction de Gautier Ducatez, éditions The Hoochie Coochie, 18 euros, à partir de 7 ans.

Pour écouter l’émission Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin où la chronique a été diffusée (vers 78 min environ).

Pour plus d’informations sur les éditions The Hoochie Coochie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s